Warning: in_array() expects parameter 2 to be array, string given in /var/www/www.sophysa.com/wp-content/themes/yagami-adveris/Managers/TimberManager.php on line 166
Comment traiter l’hydrocéphalie ? | Sophysa
logo

Comment traiter l’hydrocéphalie ?

Pour contrôler une hydrocéphalie communicante, la chirurgie est le seul traitement réellement efficace à long terme. La dérivation du LCS constitue l’un des traitements les plus efficaces qui soit disponible. Les poses de dérivations sont réalisées depuis des décennies et demeurent l’avancée la plus importante à ce jour dans le traitement de l’hydrocéphalie. Une dérivation du LCS implique l’établissement d’une voie alternative pour la circulation du LCS permettant de contourner l’obstruction existant au niveau des voies naturelles.

Qu’est-ce qu’une dérivation du LCS ?

Une dérivation du LCS est une voie alternative qui permet au LCS de contourner une obstruction ou de compenser une mauvaise absorption du LCS dans les voies naturelles. L’insertion d’une dérivation du LCS est une intervention chirurgicale réalisée au bloc opératoire sous anesthésie générale. Les neurochirurgiens choisiront le mode opératoire et la valve les plus appropriés en fonction de leur expérience et des besoins cliniques du patient.

La dérivation est positionnée de façon à permettre le drainage du LCS présent dans le cerveau vers l’abdomen ou le cœur, à travers un tube appelé cathéter. La dérivation est un dispositif de régulation, une valve qui peut être plus ou moins sophistiquée et qui permet le drainage du LCS présent en excès dans le cerveau, sans reflux (le LCS ne s’écoule que dans un sens). Cela réduit la pression dans le crâne.

 

La valve ne s’ouvre pas si la Pression Intracrânienne (PIC) n’est pas suffisante pour activer le mécanisme. Cela évite un drainage excessif du LCS. La valve est placée entre les cathéters proximal et distal. Plusieurs types et configurations sont disponibles et conçus pour fonctionner à des pressions différentes, en fonction des besoins cliniques du patient.

L’ensemble du système de dérivation est positionné sous la peau. Aucune partie n’est visible à l’extérieur du corps. Vous sentirez à peine les cathéters sous votre peau. La valve, qui mesure environ 5 mm d’épaisseur, peut être repérée facilement sur votre tête.

Quels sont les différents types de dérivations ?

Deux types de valves existent :

  • Valves monopression ou à pression fixe
  • Valves à pression réglable

Avant l’implantation, le neurochirurgien choisit le type de valve qui sera implanté ainsi que la pression, en fonction des caractéristiques cliniques du patient et du bilan des examens complémentaires.

Valves monopression

Les valves standard pour l’hydrocéphalie fonctionnent à une pression ou une résistance constante. Elles sont généralement déclinées en trois modèles avec chacun un niveau de pression différent : basse pression, pression moyenne ou pression élevée. Dans certains cas, il est nécessaire de remplacer la valve implantée par une valve fonctionnant à une pression différente. Pour éviter les interventions répétées, une solution consiste à implanter une valve à pression réglable, permettant différents réglages de pression dans un seul dispositif.

Valves à pression réglable

Une valve à pression réglable offre plusieurs pressions de fonctionnement en un système avec la possibilité de modifier la pression de fonctionnement par simple réglage externe. Le médecin pourra adapter la pression de fonctionnement et ajuster le débit de drainage du LCS en fonction des exigences cliniques du patient avec un kit de réglage spécifique. Cela permet de réduire la nécessité d’une réintervention chirurgicale.

Le réglage de la pression est non invasif et s’effectue par voie percutanée (au travers de la peau). Les mécanismes des valves à pression réglable contiennent des aimants qui leur permettent d’être activés avec leur kit de réglage dédié. Le neurochirurgien place l’aimant du kit de réglage sur la peau du patient au niveau de la valve et peut modifier la pression de fonctionnement. Un patient pourra conserver la même dérivation plus longtemps, ce qui limite le nombre de réinterventions nécessaires.

Certaines valves peuvent être sensibles aux champs magnétiques (y compris ceux de l’IRM, des smartphones et même des jouets pour enfants), ce qui peut parfois impacter le réglage interne de la valve. Pour éviter ces changements de pression de fonctionnement involontaires, certaines valves ont un système de verrouillage de sécurité intégré au mécanisme.

Quelle est la procédure chirurgicale
de mise en place d’une dérivation du LCS ?

La chirurgie du cerveau comporte toujours un certain niveau de risque. Cependant, des poses de dérivations sont réalisées depuis plus de 50 ans dans le monde entier.

La chirurgie de dérivation dure environ une heure. L’insertion d’une dérivation du LCS est une intervention chirurgicale réalisée au bloc opératoire sous anesthésie générale. Les neurochirurgiens choisiront le mode opératoire et la valve les plus appropriés pour chaque patient, en fonction de leur expérience et des besoins cliniques individuels du patient.

Pendant l’intervention, un trou est fait dans le crâne afin que le cathéter puisse être inséré dans le cerveau et permettre au LCS de s’écouler. La valve est connectée au cathéter et placée sous la peau, au niveau du crâne derrière l’oreille, dans la région pectorale ou dans le flanc. Un autre cathéter est connecté à la valve et passé sous la peau de la tête jusqu’à l’abdomen ou jusqu’au cœur. C’est par ce cathéter que le liquide s’écoule, pour être éliminé dans la circulation sanguine.

Dans la plupart des cas, le patient qui bénéficiera d’une dérivation pourra rentrer chez lui dès une semaine après l’intervention.

Contact
Contact

Nous serions ravis de répondre à vos questions.

Nous contacter